Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 23:18

http://japon.aujourdhuilemonde.com/sites/default/files/imagecache/article_full/articles/30089/que_font_les_japonais_dans_les_cafes_a_chats_.jpg

Après les Maid Café ou vous êtes servit par des demoiselle en soubrette (Voir article concerné), il existe au Japon les Neko Café. Mais qu'est ce que c'est ?

 

http://japon.aujourdhuilemonde.com/sites/default/files/imagecache/article_full/articles/30089/Invasion_des_chats_Japon.pngIl s'agit une nouvelle fois d'un café à thème, et celui-ci étant les chats (Neko en Japonais). Le premier Neko Café à été crée a Taiwan en 1998, et c'est en 2004 que le concept à mis sa patte sur le Japon, plus précisément a Osaka. On n'en compte maintenant énormément dans l'archipel, dont une quarantaine uniquement à Tokyo.

 

Alors un café avec pour thème des chats au Japon, ça ne se limite pas à quelques bibelot et photos, non, non. Quand vous allé dans un Café à Chat et bien vous avez l'occasion d'avoir de vrais chats à vos côté et avec lesquelles vous pouvez vous amuser (tout en concernant le côté café et amusement électronique). D'ailleurs tout est prévu pour eux, vous vous retrouverez donc à hauteur de chat et au milieu de jouer et autre arbre à chat. Vous êtes littéralement lâché dans la maison aux félins, pour votre plus grand plaisir.

 

« Je veux que tout le monde oublie son travail et se relaxe » explique Takafumi Fukui, le propriétaire de Calico, un des Cat café les plus en vue de Tokyo.

 http://i.cdn.cnngo.com/sites/default/files/imagecache/624x468_gallery/2010/11/03/neko-cat-cafes-m.jpg

Bien entendu cette relaxation est réglementer. Interdiction de faire n'importe quoi avec les chats et de bafouer le droit des animaux. Quand vous entrerez dans un de ces établissements, une hôtesse d'accueil vous demandera de vous lavez les mains et de bien vouloir faire attention aux règles de la maison (qui change du tout au tout d'une café à l'autre).

Des photos, dans certains de ces lieux, c'est le seul contact que les clients pourront avoir avec les chats, car les règles sont parfois strictes... « Les gens vont là-bas pour passer du temps avec les chats mais ils n’ont pas le droit de les réveiller ni de les porter » observe Yuko. Il a été emmené dans un Café à chats par sa sœur, et il qualifie son expérience de « bizarre ». « Ils restent là, à sourire, et à je ne sais quoi... ça fait un peu peur. » Yuko est mal tombé.

Si les cafés sont souvent prohibés aux enfants et interdisent à leur client de forcer la caresse, la plupart les laissent jouer avec les félins, voire les font payer pour les brosser, les shampooiner ou les nourrir.

 

Pour exemple voici la liste des règles du Neko Café Nekorobi (l'un sans doute des plus cité dans les guides et qui se trouve à Ikebukuro) :

- Se laver les mains avec du savon et se désinfecter les mains avec de l’alcool avant d’entré dans la pièce.
- Toute la pièce est gratuite (boisson, jouets pour chats, Internet, Wii, ou recharger votre téléphone).
- Autorisation de prendre des photos, mais sans flash.
- Jouer avec les chats doucement. Réveiller les chats qui dorment en hauteur ou retenir les chats de force est interdit.
- Si vous êtes blessé par un chat, nous vous apporterons les premiers soins, mais nous n’assumerons aucune responsabilité.
- Merci de respecter les chats.
- Pas plus de 6 enfants à la fois.

 

http://1.bp.blogspot.com/_4l_eo54Z-R8/SsevKdiWvlI/AAAAAAAABlA/0ITF3x6nIb0/s400/Cat+Cafe2%5B1%5D.jpgMême si comme on peut le voir les enfants peuvent être considérés comme non désirable dans les Neko Café, à cause de leur brusquerie enfantine. Ces établissements accueil tout type de personnes et surtout des jeunes, et plus particulièrement des femmes.

Des « troupeaux de filles » précise un employé de Neko no Mise, un Café à chat historique, ouvert en 2005. Bien entendu le fait d'avoir une grande clientèle féminine implique aussi une certaine envie de partage de passion, et notamment avec la gente masculine qui, souvent timide attendent un comportement félin pour engager la conversation avec une demoiselle. Les Neko Café ayant aperçut ce comportement intimiste de rendez-vous galant, et ne voulant pas perdre ces clients offre des prix de couple (voir abonnement). Ce n'est bien entendu pas tous les Café Chat qui le font.

 

En ce qui concerne le prix de ces moments privilégiés entre félins, bien entendu il diffère entre chaque cafés. En ce qui concerne le Neko JaLaLa Café, le temps est limité par des tranches de 30 minutes et il faut compter 500 Yens pour la première fois et 150 pour les prochaines. Pour le Nekorobi il faut compter 1000 Yen de l'heure soit environs 8,80€, mais avec des prix dégressifs par la suite. On rajoute 300 Yen toutes les 15min soit 3,60€ environs.http://travel.spotcoolstuff.com/wp-content/uploads/2009/10/neko-jalala-1.jpgLien ayant aidé à la construction de l'article :

 http://japon.aujourdhuilemonde.com/que-font-les-japonais-dans-les-cafes-chats http://www.otakute.fr/culture-japon-les-%C2%AB-cat-cafe-%C2%BB-1052/ http://nya-n.jp/nekocafe/gmap.html (Carte répartition Neko Cafe) http://www.nekorobi.jp/ (Site Nekorobi) 

 

Repost 0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 14:19

Shibuya ( 渋 谷 区, Shibuya-ku) est un des 23 arrondissements spéciaux (区, ku) formant Tōkyō, au Japon. L'arrondissement a été fondé en 1932. La population de l'arrondissement est de 208 371 habitants pour une superficie de 15,11 km² (2008).

En même temps qu'au nom de l'arrondissement, le nom Shibuya se rapporte à la gare et au quartier d'affaires autour de celle ci. La gare JR Est Shibuya est une des plus occupée dans la région de Tokyo. L'arrondissement de Shibuya est connu comme un centre de la mode et c'est un quartier bien animé. Un symbole de ce quartier pour les jeunes est la tour 109 qui renferme une centaine de boutiques consacrées aux dernières tendances de la mode.

 

En plus du quartier Shibuya, il y a d'autres quartiers importants dans l'arrondissement de Shibuya : Daikanyama ( 代 官 山 ), Ebisu ( 恵 比 寿 ), Harajuku ( 原 宿) , Hiroo ( 広 尾) , Sendagaya (千 駄 ヶ 谷 ), Omotesando ( 表 参 道 ) et Yoyogi ( 代 々 木).

 

Après l'ouverture de la ligne de Yamanote du JR Est en 1885, Shibuya a commencé à émerger comme un terminus ferroviaire pour le sud-ouest de Tokyo, et par la suite comme centre important de divertissement. Shibuya a été incorporé comme village en 1889, comme ville en 1909, comme arrondissement de la ville de Tokyo en 1932, et comme arrondissement de la métropole de Tokyo en 1943. L'arrondissement spécial actuel a été établi le 15 mars 1947.

 

Les parcs et sanctuaire de Shibuya :

  • Meiji-jingū ( 明 治 神 宮 ), aussi connu sous le nom de sanctuaire Meiji, est un temple shintoïste construit de 1912 à 1920, dans les règles du style Nagarezukuri, en plein cœur de sanctuaire Meiji, en bordure du quartier Harajuku.
  • Le jardin national Shinjuku Gyoen ( 新 宿 御 苑 ) est un parc dans les arrondissements du Shinjuku( 新 宿 区 ) et de Shibuya avec une superficie de 58.3 hectares et une circonférence de 3.5 kilomètres qui mélangent trois styles distinctes: anglais, français et japonais.
  • Le parc Yoyogi ( 代 々 木 公 園, Yoyogi kōen) près de sanctuaire Meiji et de la station de Harajuku est un des plus grands parcs à Tōkyō.

 

Les bâtiments du quartier de Shibuya :

  • Tour Cerulean, le plus haut bâtiment autour de la station de Shibuya
  • Place d'Ebisu Garden à Ebisu
  • Théâtre national pour Nō à Sendagaya
  • Théâtre national nouveau à Hatsudai
  • NHK
  • NTT DoCoMo Yoyogi à Sendagaya, le deuxième plus haut bâtiment à Tōkyō
  • Omotesando Hills à Harajuku.
  • Takashimaya Times Square à Sendagaya
  • Centre sportif du Tokyo (Tokyo Metropolitan Gymnasium) à Sendagaya
  • Gymnase national de Yoyogi
  • La tour 109
  • Apple Store
  • Bunkaruma
Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 10:20

Les hôtels capsule (カプセルホテル, kapuseruhoteru) sont des hôtels typiquement japonais qui ont la particularité d’optimiser au maximum l’espace d’occupation et dont les chambres se limitent donc à une simple cabine-lit.

 

Le Capsule Inn Osaka, créé par Kisho Kurokawa et situé dans le district d’Umeda à Ōsaka, fut le tout premier hôtel capsule. Il ouvrit ses portes le 1er février 1979 et le montant initial d’une chambre s’élevait à mille six cents yens. Ce type d’hôtellerie n’a pas rencontré de succès à l’extérieur du Japon bien que certaines variantes, plus confortables, existent en Occident, par exemple le Yotel à Londres, ou le Pod Hotel à New York.

 

Les hôtels capsule ont une structure et une organisation bien particulières. Les cabines de ces hôtels se constituent donc d’un tube généralement en plastique ou en fibre de verre, ont une surface moyenne de deux mètres sur un pour une hauteur d’un mètre vingt-cinq et sont souvent équipées d’une télé, d’un système d’air conditionné, d’un réveil et d’une radio.

Les seuls activités possible reste cependant de regarder la télé lire ou dormir (écouté la radio serrait gênant pour les autres clients). L’intimité de la cabine de couchage y est relativement préservée par un store ou un rideau. Les capsules sont superposées par groupe de deux et alignées le long d’un couloir. La taille des hôtels est variable et ils peuvent proposer d’une cinquantaine à plus de sept cents capsules. Les bagages sont en principe situés dans un autre endroit que la cabine, par exemple à l’entrée du couloir. Quand aux sanitaires ils sont communs (souvent à la façon des sentō, les bains publics japonais) et on trouve également dans le bâtiment un restaurant ou, au minimum, un distributeur. Certains hôtels proposent à l’entrée un yukata et des chaussons pour changer de vêtements et parfois même une serviette. Cette pratique rappelle les services proposés dans l’hôtellerie traditionnelle japonaise : les ryokan. Certains hôtels permettent même de louer une capsule dans la journée pour faire une petite sieste, ce qui s’avère fort pratique pour les hommes d’affaires.

 

Les hôtels-capsule ne sont pas des hôtel comme on l’entend en France, ce sont des hôtels de dépannage. Le client typique de l’hôtel capsule est en effet le salaryman japonais en quête d’un endroit où dormir après avoir trop bu avec ses collègues en sortant du travail, ou les personnes ayant manqué le dernier train pour rentrer chez eux. Le prix des chambres n’est pas trop cher : deux à quatre mille yens la nuit (soit de vingt à quarante dollars US, de quinze à trente euros ou de dix à quinze livres sterling). Comparé à un hôtel normal, c’est la moitié du prix, certains hôtels capsule sont même moins chère qu’un taxi. Les étrangers fréquentes aussi ces hôtels, premièrement par curiosité et deuxièmement par leurs prix attractif. Les Japonaises quand à elles, ne se rendent pas dans ce genre d’hôtels, qui est donc essentiellement fréquenté par les hommes, mais certains proposent des quartiers séparés pour les hommes et les femmes (qui seront donc souvent étrangère).

 

Les hôtels capsules comme on a pus le constaté, font parti intégrante de la culture japonaise. Et font même parti de son paysage architectural. Se sont aussi de vrais attraction pour les touristes. Voici le compte rendu de l’un d’entre eux. Un Français professeur de langue au Japon :

 

« Le capsule hôtel, comme son nom l'indique n'a rien de très romantique ni classieux. Vous allez dormir dans une sorte de capsule, un sas, qui est aussi grand que vous et pas plus large qu'un lit d'une place. Ici, on a donc le strict minimum pour se reposer et dormir. Niveau confort, je n'ai pas teste mais je doute que l'on puisse dormir a son aise. L'intérêt de ces capsules hôtels, c'est qu'il y a bien plus de "capsule" disponibles que de lits dans un hôtel de même taille, on peut donc y faire rentrer bien plus de personnes. Le prix ensuite est très intéressant puisque une couchette revient entre 2000 et 3000 yens selon la qualité de l'hôtel. Pour les claustrophobes, sachez tout de même qu'il y a de l'espace pour pouvoir bouger, voir même s'asseoir, ce n'est pas un cercueil.

N'espérez pas faire de grasse mat' car la plupart des gens se lèvent pour retourner bosser. Avec tous les réveils qui sonnent en même temps, de toute façon, je doute que vous puissiez dormir profondément.

Qui dit hôtel, dit tout de même réservation. Même si cette solution est une solution de dépannage, il se peut que l'hôtel soit complet aussi. Autrement, comme dans tout hôtel qui se respecte, on trouve un accueil ainsi qu'une salle de loisirs pour se détendre et même un bar pour se rafraichir.

Dernière chose (que j'allais oublier), il est bien sur interdit de dormir a 2 voir plus dans la même capsule. De même que les actes sexuels sont interdits !!

Nous, occidentaux, avons beaucoup de préjugées sur ce genre d'hôtel, qui se pratique beaucoup en Asie et surtout au Japon, dans les pays ou chaque mètres carré est compté attentivement.

Comme vous pouvez le voir, il n'y a vraiment rien de méchant et aucune crainte a avoir de ces endroits.

Attention !! Je ne dis pas que tous les capsule hôtels sont nickels mais en général, pour ce que j'ai pu entendre, c'est très appréciable. Solution aussi a envisager pour ceux qui décideraient de voyager au Japon pour pas cher. »

 

 

 

 

Site utilisé pour l'article :

http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4tel_capsule

http://www.linternaute.com/humour/dossier/05/destinations-folles/hotel-capsule.shtml 

http://vincent-japon.blogspot.com/2006/02/dormir-pour-pas-cher.html (témoignage)

http://www.capsuleinn.com/ (site de réservation d’un hôtel capsule)

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 20:05

C'est quoi un Manga Café ?

 

Un manga café ( manga kissa ) est à l'origine un café où on peut lire des mangas en libre-service au Japon. Avec l'arrivée d'internet, ils ont multiplié les services proposés pour devenir des cybercafés. L'accès se fait de façon forfaitaire avec paiement à la durée, tous les services étant inclus et accessibles à volonté. Les services proposés varient selon les "manga cafés" mais l'accès à internet, une bibliothèque de manga, et des boissons à volonté sont les services de base. Le terme japonais fait référence à un "salon de thé" ( Kisaten ) et non à un café. Le choix de traduction "manga café" est fait par analogie avec les "cybercafés" ou "café internet".

Les "mangas cafés" seraient d'abord apparus à Nagoya avant de connaître un boom à la fin des années 1970. Le climat concurrentiel a favorisé l'apparition de services très divers et parfois très originaux.

La plupart des "mangas café" possèdent une grande quantité de mangas (1 000 - 30 000 mangas) et des magazines. Si tous proposent des boissons, certains mettent également à disposition des snacks et des glaces. L'accès aux ordinateurs se fait le plus souvent dans des cabines pour une ou deux personnes. On peut également souvent y regarder la télévision, des DVD et jouer à des consoles de jeux. Ces services sont très répandus.

Beaucoup de "mangas cafés" sont ouverts 24/24. Leurs tarifs souvent plus bas qu'une chambre d'hôtel en font une solution d'hébergement pour des personnes ayant raté leur dernier train. La présence de douches et de futons dans les cafés ouverts toute la nuit permet des conditions de confort proches de ceux d'un hôtel.

Ce rôle d'hôtel des mangas cafés a permis l'apparition des "réfugiés des netcafés". Il s'agit de personnes souvent travailleurs journaliers ou chômeurs qui dorment dans les "mangas cafés" parce qu'ils ne gagnent pas suffisamment d'argent pour louer un appartement. Ces "réfugiés" sont considérés comme symptomatiques des difficultés de la population la plus pauvre du Japon depuis les réformes économiques de Koizumi. Le phénomène attire en tant que tel l'attention des médias japonais et est abondamment étudié en sociologie. Les manga-kissa se trouvent dans la plupart des grandes villes japonaises, plus particulièrement dans les quartiers avec une vie nocturne tels que Shinjuku ou Shibuya à Tōkyō.

 

 

Un manga café avec un concept légèrement modifié et simplifié pour s'orienter principalement sur l'offre manga, a ouvert en France en 2006.

Une équipe a décidé de créer un manga café français à Paris, le Manga Café, situé au coeur de Paris à Saint Michel. 

Le concept de ce manga café, vu par leurs inventeurs français : 

 

« Le Manga Café parisien reprend dans les grandes lignes le modèle japonais en s'adaptant à notre culture occidentale. En effet dans le Manga Café sont mis à disposition, à volonté, manga, boissons, Internet et jeux vidéo. La bibliothèque de manga est la plus grande et la plus complète existante en France, elle est constituée de toutes les séries jamais traduites en Français. On peut donc y trouver, à coté des dernières nouveautés, les séries les plus rares et jamais rééditées. Dès l'ouverture, la bibliothèque est constituée de plus de 8000 livres auxquels se rajoutent toutes les nouveautés dès le jour de leur sortie. 

Une gamme large de boissons chaudes et froides est offerte à volonté. En effet, des fontaines Pepsi permettent de se servir en Pepsi, Pepsi max, Seven Up, Orangina, etc... A coté de cela, café, déca, cappuccino, thé, chocolat chaud et même des potages sont à disposition. 

Des bornes Sony PlayStation avec de nombreux jeux "manga" permettront de s'amuser entre deux lectures. Le café propose aussi des ordinateurs et un accès Internet en libre service ainsi qu'une borne WIFI pour pouvoir se connecter avec son propre ordinateur. 

Par ailleurs des soirées à thèmes et autres animations et événements animeront la vie du café. Un partenariat avec l'école de dessins de manga de Paris nous permet de découvrir de jeunes talents. »

 

 

Manga Café 

11 bis rue des Carmes 

75005 PARIS 

(angle 36 rue des Ecoles) 

  site internet

 

 

 

 

Tarifs habituels : 

Première demie heure : 3 € 

Première heure creuse : 3 € 

Première heure pleine : 4 € 

Toute demie heure suppl. : 1,50 €

 

 

Bien entendu il n'y a pas qu'a Paris que les manga cafés se sont développé, vous en trouvez aussi dans les villes de Marseille, Renne, Bordeau, Clermont-Ferrand, Toulouse, etc...
Source pour l'article :
Divers sites dont je n'ai plus les noms (désolé)
Wikipédia
Site du café manga
Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 19:17

Pensé à regarder la partie précedente

 

 

 

Même si on a pue le voir les maid café ce démarques des cafés français traditionnel, il reste n’est en moins des cafés. Donc comme tous les cafés, ils servent des boissons, des repas et des dessert, mais, encore une fois, le tout avec une touche particulière. Ce sont les maids qui vont verser le lait ou le sucre dans le café et c'est elles qui vont le mélanger. Les différents repas, quant à eux, seront décorés avec des dessins kawaii (mignon), tel que des visages, des animaux et des cœurs. On trouvera une variété de plats aux menus, mais l'un d'entre eux est emblématique des maid cafés, le omurice (omu raisu, contraction de omelette et rice), une omelette farcie de riz frit et qui sera décorée à l'aide de ketchup. Les desserts sont décorés à l'aide de crème fouettée et de coulis au chocolat ou aux fruits. Les choix de repas portent parfois des noms kawaii ou relatifs au thème du café. Il est donc possible de trouver des choix tel que le Moe moe "fairy" omurice (Yōsei-san no moe moe omuraisu) au Jam Akihabara, ou le gâteau lapin blanc-vaporeux-sautillant (Masshiro fuwafuwa usapyon kāki, utilise l'onomatopée fuwafuwa (vaporeux) et pyon (bondissant), ainsi que usacomme abréviation de usagi (lapin).) au @home cafe. Le menu peut aussi respecter la thématique du café, par exemple au Little TGV, un izakaya pour amateurs de train, toutes les boissons portent le nom d'une ligne de train.

 

 

Cette personnalisation des plats du maid café selon sont nom ne c’est pas arrêté là. En effet malgré la popularité des maid cafés à Akihabara, la compétition est grande et seuls les cafés proposant un concept unique sont en mesure de survivre. Il existe donc une variante du maid café appelée dansō café ou shitsuji kissa, où les serveurs portent un uniforme de domestique. De ces cafés, nous pouvons mentionner le Swallowtail à Ikebukuro, qui est le premier dansō café et le Butlers Cafe où tous les serveurs sont tous des étrangers. Il existe aussi une version cross-dressing du maid cafe et du dansō café. Queen Dolce, les serveuses porte des uniformes d'hommes, tandis qu'au Hibari-tei, ce sont les hommes qui portent l'uniforme de maid.

Bien que les maid cafés aient initié la tendance des cafés thématiques, de nombreux cafés, bars et restaurants appelés restaurant cosplay (Kosupure-kei inshokuten) ont vu le jour. Ces restaurants ressemblent beaucoup aux maid cafés, mais avec des costumes différents. Certains restaurants cosplay ont une thématique particulière tel que les miko (Miko-san cafe), train (Little TGV), la relation frère-sœur (Nagomi), religieuse (St. Grace’s Court) et peut être très spécifique, tel que le Luida's Bar, inspiré par l'univers du jeu de rôle Dragon Quest ou encore Zeon et Federal Forces, deux bars basés sur l'univers de Gundam. Il y a aussi le samurai café, où les serveuses sont habillé en samurai, elles ont donc rajouté à leurs costumes de domestiques une épée factice.

 

 

Un professeur de français, arrivé à Tokyo fin 2002 où il vie avec sa femme. Enseigne le français pour une grande sociéte japonaise. Et il nous parle de toute les surprises qu’ils constates dans son pays d’adoption, à travers les écrits de son blog. Dans cette article il nous compte son expériences au maid café :

 

« Alors avec ma femme et quelques amis, nous sommes allés voir hier ce qu'il en était en vrai et pour cela nous nous sommes donc rendus a la station d'Akihabara pour trouver ce que l'on appelle un MAID CAFE ou encore un AMUSEMENT CAFE.

Après quelques recherches, nous en avons trouve un pas trop mal : MAID IN JAPAN (jeu de mot avec le mot "maid" en plus). Rien qu'a voir l'affiche, on sent bien que nous ne nous sommes pas trompes d'endroit. L'entrée du café est assez symbolique aussi. On se croirait vraiment dans l'ambiance de certains mangas.

Autant vous dire que nous n'étions pas les seuls a vouloir y aller et il a donc fallu patienter bien 20 minutes.

L'autre café ou nous voulions aller au départ avait plus d'une heure de queue environ.

Une fois rentres, nous avons fait la connaissance des 6 charmantes demoiselles, qui ont a première vue, n'ont pas plus de 20 ans.

Dans le café, on trouve beaucoup de postes avec ordinateur, comme dans un cyber-café et plusieurs tables de 4 ou 6 personnes.

Au fond de la salle, sur un écran géant, on peut voir des videos d'idoles en maillot de bain(sexy? si on veut).

En fait, tout ça est bien organiser, puisque sur la video, c'est une des servantes du café que l'on peut apercevoir.

Le vice va donc loin car en sortant du café, on peut même acheter la DVD "sexy" de la servante. Incroyable, non ? On peut même avoir les informations personnelles des servantes comme leur date de naissance, leur passe-temps, leur taille et même leurs mensurations (oui, oui !!)

Ah ben que voulez vous, on est bien dans un café pour "otaku" a la base, hein !!

Au niveau du menu, rien de bien transcendant.

On paie plus "l'attraction" que ce qu'il y a dans l'assiette donc forcement c'est un peu cher.

Compter 7 euros environ pour un petit gâteau qui se mange en 2 cuillères.

Mais bon, on est pas la pour déguster non plus

Les photos étaient interdites, sûrement pour éviter les otakus avec leur gros zoom mais aussi pour éviter la pagaille dans le café. En tout cas, encore une fois, on découvre vraiment d'étonnantes choses dans ce pays et surtout dans cette ville, certainement unique au monde je dirais.

On a passe un bon moment tout de même.

Pour un dimanche, les "otakus" étaient peu nombreux et il y avait a ma grande surprise beaucoup de couples ou sorties entre amis (un peu comme nous finalement).

Je pense que l'on y retournera. » 

 

Son blog ici

 

Il est vrai qu’il y a de quoi choqué les occidentaux dans ces maid café. Mais bien que le maid café soit un phénomène particulier à Akihabara, plusieurs cafés ont ouvert ailleurs au Japon et à l'étranger. On retrouvera plusieurs maid cafés près de la gare de Ikebukuro à Tokyo, qui est le point de rencontre des femmes otaku, ainsi qu'à Nipponbashi (aussi appelé Den Den Town), le quartier de l'électronique de Ōsaka. Bien que plus de 80% des maid cafés se trouvent à Tokyo ou Ōsaka, d'autres cafés ont ouvert leurs portes de Hokkaidō jusqu'à Kyūshū. À l'extérieur du Japon, plusieurs maid cafés ont ouvert leurs portes, tentant ainsi de reproduire ce qui existe au Japon.

Notament à Paris. Les Romanesques, un couple de deux Japonais chanteurs, font des soirées maid café. Si vous ne les connaissez pas, ils font des tournés de représentation au sein de la capital. Ils ont également participé à l’émission « incroyable talent » sans parvenir à la deuxième étapes.

 

 

Voici pour vous, et pour clôturer le sujet sur les maid café, une liste des cafés les plus connu à Akihabara :

 

@home Cafe : Le premier café a été ouvert en 2004 par Miha Kawahara dans le Don Quijote de Akihabara. Contrairement aux autres cafés établis à l'époque, il est le premier à révéler l'intérieur du café, puisque les mur séparant le café du Don Quijote son en verre. Il est le premier café à former un groupe de maid idol (ou maidol), appelé Kanzen Meido. C'est surement le maid cafe le plus populaire. Il compte maintenant cinq cafés, dont un où les serveuses portent un yukata et plus de cent serveuses.

 

Cafe Mai:lish : Depuis 2002, le café propose régulièrement des évènements spéciaux (journées thématiques) telles que : police, yukata, lunettes, nekomimi, etc. C'est aussi le café d'attache de Arisa, l'une des maids les plus populaires.

 

Cure Maid Café : Ouvert en 2001, c'est le premier maid café permanent à avoir ouvert ses portes.

 

MIA Café : Aussi appelé Maid in Angels Café, il ouvre en 2004 et est à l’origine de plusieurs tendances dont les photos avec une maid et les jeux. Malgré le fait qu’ils aient lancé ces tendances, ils se sont éloignés de ce concept par la suite.

 

Pinafore : Ce café ouvert en 2003 est devenu très populaire suite à son passage régulier dans Densha otoko, un dorama diffusé en 2005. Ils ont aussi lancé une ligne de repas en conserve en 2008.

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 18:43

Mon blog à peut être un nom qui peut paraître étrange voir drôle. Et j'espère bien que c'est la deuxième option qui prime. Mais l'idée d'un café japonais ne met pas venu d'un coup. En effet au Japon, on trouve biensûr la célèbre cérémonie du thé, mais aussi les café manga et les maid café, ainsi que d'autre café moins "excentrique" et qui ressemble à nos café de coin de rue. Et je vais commencer par vous parler des Maid Café.

 

 

 

Un maid café (meido kissa / meido kafee) est un café où les serveuses portent un uniforme de soubrette(maid, en anglais). Ces cafés se trouvent principalement dans le quartier d’Akihabara à Tōkyō et sont fréquentés par un public essentiellement otaku. Les services de base qui y sont offerts sont les mêmes que dans les cafés traditionnels, auxquels il faut ajouter diverses interactions avec les maids.

En entrant dans un café, après une longue attente du à la popularité des établissements, les serveuses accueillent les clients en leur souhaitant bon retour à la maison (okaerinasai), qui est une formule de politesse normalement utilisée à la maison lorsque quelqu’un est de retour. Elles appellent les clients maître (goshujin-sama) et maîtresse (ojōsama)

Toutes les serveuses sont jeunes, la moyenne d’âge se situant entre 16 et 20 ans, même s’il faut normalement avoir minimum 29 ans pour être maid. Cependant même si les maids sont le plus souvent des femmes ou jeune fille, il existe des cafés employant des hommes, qui portent aussi des vêtements de serviteur, mais leur rôle est souvent moins important que celui des maids.

Deux tendances existent dans le maid café :

 

 La première tendance, appelée iyashi-kei, est plus conservatrice et orientée vers la relaxation. Il y a peu d'interaction entre les clients et les serveuses.

 

 Le deuxième type, appelé entertainment-kei , est poussé vers le divertissement, les jeux, la socialisation et l'interaction. Tous les maid café sont différents et proposent une gamme de service qui varie d'un établissement à l'autre.

 

Le quartier le plus connu pour ces maid café est Akihabara, les établissements se situent souvent dans des petites rues ou aux étages d'édifices et il est généralement impossible de voir à l'intérieur du café sans y entrer, les rendant donc difficiles à trouver sans une carte ou des indications. C'est pour cette raison que de nombreuses maids distribuent des dépliants promotionnels à la sortie electic town de la station de train JR de Akihabara et dans les grandes rues du quartier.

 

Comment c’est développer l’idée des maid café ?

 

La première expérience de maid café a lieu en 1998 lors d'un évènement promotionnel pour le jeu Bienvenue au Pia Carrot (pia♥kyarotto e yōkoso), un eroge dont l'action se situe dans une chaîne de cafés appelée Pia Carrot et où les serveuses portent des uniformes de maid.

 

Le Cure Maid Café est le premier maid café permanent à ouvrir ses portes en 2001 par le fabricant de costumes de cosplay Cospa. L'objectif est alors de proposer un lieu de repos pour les clients en recréant une relation maître-serviteur dans un contexte accueillant pour les visiteurs. Les serveuses portent de longues robes, sont très respectueuses et presque froides envers les clients, dans un souci de politesse et d'obéissance. Bien que le café ait changé depuis son ouverture, il a conservé sa philosophie d'origine.

 

Suite au succès du premier maid café, de nouveaux établissements ouvrent leurs portes et font progresser le concept. Une de ces tendances a été initiée par le MIA Cafe qui a inventé un jeu de cartes permettant d'obtenir une photo avec une maid, exploitant ainsi le côté collectionneur des otaku. Si le MIA cafe s'est par la suite éloigné de ce genre de pratique, il a initié une tendance qui s'est rapidement répandue dans les autres cafés.

La principale clientèle des maid café sont les hommes, et on la bien compris, plus précisément la caste des otaku, qui ont une attirance à tendance fétichiste envers les vêtements de maid. En visitant ces cafés, ils souhaitent s'évader dans leurs fantaisies et atteindre un état de bien-être et de confort, un sentiment que les otakus appellent moe, et qui est relié à une attraction fétichiste envers l'image de la maid. Plusieurs otaku n'hésiteront pas à dépenser une petite fortune afin de collectionner des photos avec les différentes maid, acheter des objets promotionnels et autres items à effigie de leur serveuses. Malgré ce qu'il est possible de croire, de plus en plus de femmes apprécient aussi les maid cafés.

 

Bien que le public principal des maid café soient les otaku, il attire aussi quelques curieux au Japon et beaucoup d'étrangers en visite. Le concept maid café est largement connu à l'extérieur et est présenté dans de nombreux guides de voyage dans les pages dédiées à Akihabara. Plusieurs café ont réagi en commençant à traduire les menus et engager des maids d'origine étrangère afin de pouvoir servir les clients en anglais.

Selon l'économiste Takuro Morinaga, les maid cafés pourront survivre en fonction du public qu'ils ciblent. Selon lui, les cafés pour otaku cultivent une atmosphère et le sens original de la relation maid-maître, tandis que les cafés pour touristes vont poursuivre dans le développement du côté divertissement. Il considère aussi que l'attirance du client pour la maid est différente, car l'otaku aime la maid incarnée par une femme, tandis que le touriste aime la femme qui incarne une maid.

 

Il faut bien comprendre qu’une maid rencontré dans un des cafés, n’est pas réellement passionné par la relation maître-serviteur. Elle joue uniquement un rôle. D’ailleurs on trouve déjà le possession du personnages rien que dans la tenue qu’elles portes : un uniforme de domestique, qui est traditionnellement composé d’une robe noire et d’un tablier blanc. Les uniformes varient cependant d’un établissement à l’autre, on peut ainsi trouver des vêtements totalement différents de par leur couleurs ou accessoires. On peut aussi constaté différentes tendances : les uniformes d’influences victorienne ou les uniformes de style français. L'uniforme victorien d'influence anglaise se démarque par son aspect sobre. Il s'agit d'une robe longue qui descend à mi-jambe, ou plus bas, dont les manches sont longues et le collet refermé. Quand à l'uniforme de style français il se démarque par son aspect plus frivole. C'est d'ailleurs ce style d'uniforme qui faisait l'objet d'un fétichisme à l'extérieur du Japon, bien avant l'arrivée des maid cafés.

 

Il est composé d'une robe courte avec jupon, dont la longueur varie de mi-cuisse jusqu'aux genoux et aux manches courtes. Le collet peut être refermé ou plus ouvert, laissant ainsi voir le haut de la poitrine, mais sans être décolleté pour autant. Lorsque le tablier est porté autour de la taille, il est courant qu'une section de la robe soit blanche. Cette zone peut varier entre le haut de la poitrine pour les robes plus fermées et la poitrine pour les robes plus ouvertes. Les bretelles possèdent normalement une partie décorative. La plupart des maids portent aussi un couvre-chef décoré de dentelle, mais certaines préfèrent porter une boucle, ou des oreilles de chat. De façon générale, elles portent aussi des bas qui montent jusqu'aux genoux. De nombreux éléments peuvent être ajoutés pour rentre l'uniforme plus attirant dont de la dentelle, des rubans, des boucles et des broches. On retrouvera ces éléments décoratifs sur les bas, les couvre-chefs (ou en décoration sur la tête), dans le coup et sur les vêtements. Certaines maids portent aussi des lunettes (parfois sans verres), afin de plaire aux clients qui affectionnent cet accessoire.

 

 

Toute cette tenue est faite pour plaire aux clients et ainsi permettre une atmosphère attrayante et relaxante. Cependant être une maid peut paraître facile, mais c’est un métier non sans risques. Pour palier à tout incident les établissements mettent en place un règlement très stricte. En effets quelques règles doivent être respectées lors de la visite d'un maid café et celles-ci sont parfois affichées à l'entrée ou au menu. Ces règles touchent principalement le respect des serveuses, du commerce et des clients. Comme par exemple celles-ci :

« Il est interdit de :

1. Toucher une maid.

2. Demander le numéro de téléphone d'une maid.

3. Demander l'adresse courriel d'une maid.

4. Atteindre à la vie privée d'une maid en lui demandant à quelle heure elle termine.

5. Traquer ou poursuivre une maid.

6. Attendre l'entrée ou la sortie d'une maid, ou rôder autour du café.

7. Blesser un employé, un client ou le voisinage du café.

8. Prendre des photos des maids, de l'intérieur et de l'extérieur du café.

9. Emporter de la nourriture ou des boissons de l'extérieur dans le café.

10. Fumer dans les escaliers menant au café. » Règlements du @home cafe.

 

 

Les règlements concernant le respect des maids et de leur vie privée peuvent sembler évidents, mais les cafés préfèrent prendre des précautions, car les otakus ne sont pas toujours capables de faire une différence entre leurs fantaisies et la réalité, et ne comprennent pas que les maids jouent un rôle lorsqu'elles sont au café. Ces règles risquent donc d'apparaître plus souvent dans les cafés de Akihabara.

L'interdiction de prendre des photos à l'intérieur du café se justifie par le fait que la prise de photo est un élément au menu. Par contre, il est aussi interdit de prendre des photos des maids à l'extérieur du café. Bien que ce ne soit pas généralisé, il arrive que les maids qui distribuent des dépliants à Akihabara cachent leur visage ou qu'elles se retournent lorsqu'elles aperçoivent une caméra. Plus rarement, un préposé accompagne les maids et interdit aux passants de prendre des photos. Il est donc préférable de demander la permission aux maids, et plusieurs accepteront avec joie. Les maids sont en effet assez proches des clients sans pour autant qu’il se passe quoi que ce soi. Bien que l'image de la maid ait une forte connotation sexuelle, il n'y a aucun échange sexuel entre les maid et les clients (les règlements vu plus haut sont là pour éviter tout gestes déplacés)

Lors du service, les maid peuvent interagir leurs clients. Par exemple, les maid peuvent demander à leurs clients de faire une incantation magique avec elle, qui consiste à faire une chorégraphie simple avec les mains, qui implique souvent de faire une forme de cœur avec ses doigts, et de répéter une formule magique du type oishiku-nare, oishiku-nare, moe moe kyuun (qui signifie "devenir bon, devenir bon, moe moe kyunn") ou autre formule contenant le mot moe. Chaque serveuse a sa propre chorégraphie, mais l'objectif est toujours de rendre le repas délicieux en y ajoutant un petit quelque chose.

 

Outre la nourriture, différents services peuvent être offerts au menu. Il est possible de prendre une photo instantanée avec une maid, qui décorera la photo instantanée à l'aide de texte, de cœurs et autres dessins kawaii. Ces photos sont couramment nommées cheki, qui vient du nom des appareil photographique instantané commercialisé en Asie par Fujifilm. Il est aussi possible de payer pour jouer avec une maid à des jeux tels que le jan-ken-pon (pierre-papier-ciseau), cartes, jeux pour enfant (Crocodile dentist, Pokapon,Doki Doki Nyago, Banken Gaogao, etc. ) et jeux vidéo. Cela n’a que peut d’intêret mais une victoire est souvent récompensée par un prix spécial. Certains cafés offrent aussi des mini-spectacles de chant ou de danse, ou organisent des jeux collectifs afin de divertir leur clientèle. Les maid cafés proposent généralement une sélection de souvenirs à l'effigie des maid, renforcent encore le côté collectionneurs de leurs clients. On trouve aussi des cartes de membres à points.

La maid à donc tous pour plaire. Au tel point qu’elle peut devenir une star. En effet avec la popularité grandissante des maid café, certaines serveuses sont devenues très populaires et ont acquis un statut d’idol, offrant des performances à l'extérieur du café. Le premier groupe de maid idol est Kanzen Meido Sengen, formé en 2005 par le @home cafe. C'est aussi le cas d’Arisa du café Mailish qui est maintenant l'une des maids les plus célèbres. Arisa n'est pas uniquement une maid, elle a aussi enregistré plusieurs chansons sur des compilations depuis 2006 et a lancé un album solo, activation"a" en 2009. Dans d'autres cas, des idols sont engagées pour travailler dans les cafés. Au @home café, c'est un total de 16 maids qui ont le double rôle de serveuse et d’idol.

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Japan Café
  • Le blog de Japan Café
  • : Un blog pour parler du Japon, un pays que j'aprécie par ses nombreux aspects.
  • Contact

Profil

  • Japan Café
  • Bonjours, et bien venu sur mon blog "Japan Café"
Moi je suis qui ? Quelqu'un qui aime le Japon et qui est avide de tout sujet sur ce pays ^^
  • Bonjours, et bien venu sur mon blog "Japan Café" Moi je suis qui ? Quelqu'un qui aime le Japon et qui est avide de tout sujet sur ce pays ^^

Liens